Publié par 4 commentaires

Ma routine-cheveux ou cure de sebum permanente

La cure de sebum, c’est le fait de ne pas du tout laver les cheveux et de ne rien leur mettre pendant une longue durée, jusqu’à ce que le sebum arrive aux pointes par le brossage. Plus on a les cheveux longs, plus la cure est donc longue.
Le sebum est la matière grasse produite naturellement par le cuir chevelu pour protéger, nourrir, hydrater les cheveux. Laver les cheveux avec un shampooing supprime le sebum, le cuir chevelu doit donc en produire plus, c’est son travail, et les industriels l’ont bien compris : plus on lave, plus on a besoin de laver.

Mon dernier lavage à l’eau date du 10 mai, dans le bain en massant le cuir chevelu avec les doigts.
J’ai eu mal au cuir chevelu pendant 1 semaine, dès le lendemain du lavage. Puis mes cheveux sont redevenus « normaux ».

Ma routine me prend quelques minutes matin et soir.
Le matin je défais mes tresses, je brosse pour démêler avec une brosse en poils de sangliers, je mets ma tête en bas, je démêle de nouveau avec cette brosse, je brosse avec une brosse à pics en bois pour masser le cuir chevelu, je me remet à l’endroit et redémèle avec la première brosse. J’attache mes cheveux (je n’aime pas avoir les cheveux lachés, pour moi ça n’est pas pratique du tout pour ce que je fais toute la journée : ménage, cuisine, enfants, jardin…)
Le soir, même chose et je tresse pour la nuit.
Voilà…. je ne fais RIEN d’autre

Je vous parle des cheveux des enfants ici

 

Publié par Un commentaire

La rectocolite hémorragique et moi (et nous)

Aujourd’hui nous sommes le 19 mai, journée mondiale des MICI. À part si vous avez une MICI, vous ne savez sûrement pas ce que c’est!

bn

Les MICI sont les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : maladie de crohn et rectocolite hémorragique.

Ma RCH a été détectée en 2001, j’avais 22 ans, celle de ma fille en 2017, elle avait 10 ans.

Pour nous deux elle s’est déclarée de la même façon : des saignements sans douleur. J’étais adulte, à l’âge le plus courant où ça arrive, donc j’ai eu très rapidement une coloscopie et un nom. Pour ma fille c’était beaucoup plus compliqué parce que moi j’étais atteinte et que ce n’est soi-disant pas héréditaire, parce qu’elle n’avait pas mal et que ça n’était pas donc pas possible, parce qu’elle était trop jeune, etc… donc ça a traîné un an en tout.

Je n’ai eu qu’une vraie poussée en 19 ans, quand ma fille avait 6 mois, mais j’ai dû prendre un traitement presque tout le temps , sans ça j’avais des saignements . Ma fille est sous traitement depuis la coloscopie avec augmentation des doses puisque ça ne suffisait pas, et que son retard de croissance s’accentuait (son corps étant occupé à gérer sa maladie, il ne pouvait pas s’occuper de ça donc grosse cassure dans la courbe). On devait donc passer au niveau supérieur avec des immunosupresseurs. Mais le coronavirus est passé par là, nous n’étions pas chez nous pour commencer le traitement (4h à l’hôpital toutes les 2 à 4 semaines sous perf)

Et…sa santé s’est améliorée… les saignements se sont arrêtés, elle a pris des kilos et des centimètres et j’ai baissé le traitement. Elle est au minimum depuis 2 mois.

Nous avons pratiquement supprimé le blé moderne pour ne consommer que de l’épeautre non-hybridé (moi pour mes allergies et elle pour la rch). Peut-être que c’est pour ça, peut-être parce que mon mari a rencontré quelqu’un qui a promis de s’occuper de nous au niveau énergétique, peut-être parce qu’elle l’a décidé… peu importe… puisqu’elle va bien!

Moi je n’ai plus de traitement depuis 4 ans puisqu’on pensait qu’il provoquait des problèmes sur mon foie. J’ai eu quelques coups de stress (le matin de mon opération de la hernie j’ai eu des saignements par exemple) mais je n’ai pas repris de traitement oral.

Quand on cherche des renseignements sur cette maladie, on trouve beaucoup de témoignages d’opérations, de choses vraiment difficiles. Mais voilà, je voulais aussi témoigner que ça ne se passe pas toujours si mal, qu’on peut bien le vivre aussi. J’ai eu malgré ça 4 enfants, j’allaite depuis 13 ans avec 2 pauses de 6 mois, je fais tout moi-même y compris l’instruction de nos enfants, nos vêtements, la cuisine, la maison… alors oui c’est possible parfois.

Cette maladie m’a permis de me connaître, de m’écouter (même en rémission, on est quand-même en moyenne plus fatigués que la majorité des gens). Ma fille n’en est pas là mais j’espère qu’elle a un bon exemple et qu’elle voit qu’on peut vivre avec.

J’adhère à l’AFA l’association François Aupetit qui soutient et informe les malades de Crohn et de rectocolite hémorragique et leurs proches, qui défend leurs droits, finance la recherche et organise plein de choses au niveau national et local, notamment aujourd’hui!

 

Publié par Laisser un commentaire

Ma salle de bain presque zéro déchet

J’ai tourné une vidéo sur ma salle de bain il y a 2.5 ans mais je n’avais pas fait d’article.
Quelques petites choses ont changé.
Je vous laisse d’abord voir la vidéo puis lire l’article récapitulatif :

se laver les dents :
Les deux grandes ont toujours une brosse à dent électrique, les deux petits une brosse à dents en bois et moi une recyclée bioseptyl.
Les enfants se lavent toujours sans dentifrice ou avec celui de body-nature (ma maman achète pendant les réunions) Moi je me lave avec un dentifrice-maison en poudre (argile, carbonate de calcium, lithotamne, bicarbonate, menthe séchée… proportions au pif, de toute façon on trouve des tonnes de recettes avec des proportions différentes donc autant ne pas se prendre la tête!).
se laver le corps :
nous utilisons uniquement de l’eau. Seules les mains sont parfois lavées au savon artisanal fait par des copines (je viens de finir un lot de 3 qu’on m’a offert il y a 3 ans). On se frotte parfois avec une fleur de douche (crochetée en vieux tee-shirt) ou un gant de hammam ou les mains.
se laver les cheveux :
J’ai déjà fait un article sur le sujet, je ne vais pas revenir dessus : les enfants ne se lavent pas les cheveux ou très rarement à l’eau. Moi je me lave à l’eau ou très rarement au savon, il n’y a donc plus toutes les alternatives au shampoing qu’il y avait dans la vidéo.
se brosser les cheveux :
brosses en bois avec piques en bois ou en poils de sanglier
peigne à poux en métal
peigne en plastique et ciseaux pour couper les cheveux
(élastiques, barrette, bandeaux)
protections intimes
serviettes hygiéniques lavables
pétales interlabiaux
culottes de règles
coupe menstruelle
se soigner :
Médicaments en rapport avec notre maladie chronique
Homéopathie
Argile en poudre que je transforme en pâte pour les cataplasmes ou en ovules pour les mycoses.
Huile
macérat huileux (plantain, calendula, carotte, millepertuis)
s’essuyer aux toilettes :
lingettes
papier toilette
matériel électrique :
épilateur (je m’épile les jambes une ou deux fois par an)
tondeuse (je tond mon pubis une fois par mois en moyenne, parfois je me tond les cheveux, mon mari se tond les cheveux)
sèche-cheveux

nettoyant :
pshit magique (1/3 vinaigre, 2/3 eau)
pierre d’argile

Il n’y a plus de couches lavables puisque mon bambin est continent depuis un an.
Dans 10 jours je me débarrasse du sèche-cheveux au troc

Publié par 4 commentaires

Ma hernie ombilicale

Une hernie ombilicale c’est l’intestin qui sort par le nombril.
Quand j’étais petite, les médecins n’étaient pas d’accord : à la visite médicale de l’école ils disaient toujours que j’avais une hernie ombilicale, notre médecin de famille disait que ça n’était pas grave. J’ai donc vécu avec jusque là.

Mais après ma quatrième grossesse j’ai bien vu que la hernie de la ligne blanche ne se refermait pas comme d’habitude. Et mon médecin sans que je lui dise m’a dit qu’il fallait faire quelque-chose pour les deux hernies (ombilicale + ligne blanche).
L’échographe a confirmé. La chirurgienne a dit que seule la hernie ombilicale était importante. On pouvait me faire les deux mais ça voulait dire une opération très lourde avec une hospitalisation de 4 jours, un mois couchée, etc… (ouverture complète du ventre alors que là j’ai juste un trou pour la cœlioscopie et une ouverture sur le bord du nombril)
Le seul problème étant que je suis très mince et que la prothèse (un filet en silicone) risquait de me gêner. J’ai préféré faire au plus simple quitte à faire plus lourd dans le futur.

J1 jeudi 12 septembre 2019 (j’ai 40 ans et 2 mois)
Je suis arrivée à l’hôpital à 7h15. Je suis remontée dans ma chambre après l’opération à 12h. Les antidouleurs ne fonctionnaient pas du tout, j’avais des contractions inattendues très fortes. Je n’arrivais pas à me lever du lit, à m’asseoir, à me recoucher.
Je suis sortie à 18h avec un antidouleur plus fort (avec plein d’effets secondaires).
J’ai mis un travertin entre mon bambin et moi la nuit pour être sûre qu’il ne me fasse pas mal.

J2 vendredi
Je n’ai pas bougé de ma chambre. Les toilettes sont juste en face. Il me fallait 10mn pour y arriver. Me lever prenait un temps fou parce que les changements de position étaient douloureux. Passer sur le côté, poser la main, appuyer sur le bras, me lever de la position assise à debout, marcher les 4m, m’asseoir, me relever, me remettre en position couchée.
Les contractions étaient toujours là, imprévues.
J’ai mangé couchée
Mon bambin à fait sa première tétée pour s’endormir à la sieste puis pour la nuit.

J3 samedi
Je suis descendue dans le salon et y ai passé la journée (on a un canapé qui est en fait un lit 1 place avec un vrai matelas). Les contractions étaient moins nombreuses. Les changements de position toujours aussi douloureuses.
J’ai toujours mangé couchée

J4 dimanche
Au salon toute la journée. J’ai arrêté les anti-douleurs puisque totalement inefficaces et en effet : aucune différence.
Le soir je me suis levée pour manger dans la cuisine

J5 lundi
Mon mari a fait des courses le matin, j’ai donc fait à manger des choses simples. Je suis restée couchée le reste de la journée.

J6 mardi
Mon mari est parti avec les 3 filles. J’ai passé presque toute la journée assise, un peu debout, je ne me suis couchée qu’en début de matinée.

J7 mercredi
Mon mari a repris le travail.
J’ai repris ma mission-taxi du mercredi : 14h/16h/18h en voiture à 5/10km pour les activités des 3 filles. C’était assez désagréable et fatiguant
Je me suis vite mise au lit le soir!

J8 jeudi
Je me suis allongée en début de matinée après mes routines et en fin d’après-midi.
Ma copine Marie-Pierre est passée, ça m’a fait du bien de voir du monde.

J9 vendredi
Je me suis allongée pour endormir mon bambin pour la sieste. J’ai mal uniquement le soir en passant de la position assise à couchée

J10 samedi
Je monte les marches par deux, donc tout va bien. J’ai passé l’après-midi à tricoter dans le canapé et mon bambin a fait une tétée dans la vraie position physiologique ventre contre ventre.

J20 mardi 1er octobre
rendez-vous avec la chirurgienne : 35mn d’attente pour 2mn de consultation : vous avez mal? oh les fils ne sont pas tombés, bon, je vous les enlève (avec des ciseaux à papier comme ont mes enfants….)
Je dois attendre 3 semaines pour faire des abdos

Mon bilan :
Si j’avais su la douleur intense j’aurai attendu que mon bambin soit plus grand. Mon mari était vraiment indispensable pendant 4 jours, je n’aurai absolument pas pu faire à manger ou même me lever pour autre chose qu’aller aux toilettes (et encore, j’attendais le plus possible).
Je peux tout à fait comparer ça à la douleur de ma césarienne, en plus là les contractions ne montaient pas en puissance, elles étaient à leur maximum directement et me prenaient pas surprise. Mon mari voulait me ramener à l’hôpital le premier soir suite à une contraction qui a duré plus de 5mn où je pleurais de douleur…
Maintenant c’est fait, je suis débarrassée! Je sens la prothèse quand je touche mais ça ne me gène pas. On verra à la reprise du sport.
J’aimais mon nombril, j’avais peur qu’il me manque après avoir vécu 40 ans avec lui, finalement je m’y suis faite sans problème. Par contre mon bambin n’aime pas du tout!!!!

Publié par 5 commentaires

Deux d’tension et fatigabilité

Deux d’tension… c’est comme ça que m’appelle mon mari… ce que je fais en 30mn, lui le fait en 5mn : nettoyer le sol par exemple, ou ranger.
Il y a le fait que je suis lente et aussi le fait que je me laisse facilement distraire (je trouve un livre par terre donc je vais le ranger dans la bibliothèque et là je vois d’autres livres que j’avais oublier et que j’ai envie de feuilleter…)

La semaine dernière (et très régulièrement en fait) j’ai eu pas mal de questions/réflexions sur le fait que je dois me reposer, que j’en fais trop, que je ne suis pas humaine, que mes journées font 48h, que je suis infatigable ou hyperactive… et comment je fais? Et le burn-out?du coup j’ai eu envie d’écrire (encore) à ce sujet.

J’ai une maladie chronique handicapante (rectocolite hémoragique), elle est assez cool chez moi, mais elle peut revenir d’un seul coup, me faire souffrir, me faire perdre beaucoup de sang, m’épuiser complètement.. (j’étais en rémission sans médicament depuis 3 ans, le stress de mon opération de la hernie ombilicale l’a fait revenir). Même en rémission, cette maladie est connue pour être fatigante d’après les études de l’afa.

J’ai appris à écouter mon corps et le respecter. Pourquoi courir 1h si c’est pour être couchée 2h après et avoir mal partout? Je fonctionne donc principalement par 15mn. Si je suis en forme, je peux faire 3x15mn de travail puis 15mn assise puis recommencer. Mais parfois je sens que ça n’est pas possible et je fais 15mn de travail puis 15mn de repos. Le repos ça peut être dans le canapé ou dans le lit en tricotant ou ça peut être assise devant l’ordinateur pour écrire un article ou chercher des idées de menus. Parce que oui, je ne prend pas de repos sans rien faire, je ne regarde pas la télé sans tricoter/broder. Parce que c’est ce qui me va à MOI, c’est la vie que MOI j’aime. Je n’ai pas besoin de rester sans rien faire pour me reposer puisque je vais à mon rythme en permanence. Je fais en général une sieste par semaine, voir parfois deux.

Je n’en fais pas plus que les autres, c’est juste que moi je le dis, je le note, j’ai mon planning alors ça paraît beaucoup mais c’est juste parce que cette écrit. Tout le monde fait la vaisselle, tout le monde se lave les dents, le fait que je l’écrive ne fait pas de moi une sur-humaine. Et si je ne le fais pas un jour parce que je suis trop fatiguée pour me relever du lit après la tétée d’endormissement, tant pis, je ne mourrai pas de ne pas m’être lavé les dents!

Quand au burn -out, je ne connais pas, parce que c’est la pression que l’extérieur nous met ou qu’on se met soi-même (c’est la définition que j’en ai lu, je n’en sais pas plus en vrai). Je ne suis pas sensible à ce que l’extérieur pense/veut (je serais plutôt du genre à faire l’inverse d’ailleurs) et je ne me met pas de pression. Peut-importe que je n’ai pas fait mes tâches un jour ou même une semaine, je les ai faites le jour ou la semaine précédente, il n’y a rien de dangereux? Donc j’écoute mon corps, c’est le seul qui soit important, 1000 fois plus que les vitres pleines de crottes de mouches!

Si vous voulez voir une maison de magazine, ne venez pas chez moi, il y a des jouets par terre, des taches, des pommes croquées, des livres qui trainent…. et je le vis bien. Je le montre de temps en temps mais les réactions des gens ne me plaisent pas, soit ça choque et on me dit que les services sociaux vont m’enlever mes enfants, soit on me dit que c’est normal, et ça je le sais… je ne montre pas non plus de belles photos de maison rangée puisque ça n’existe pas plus de 2mn!!!

Publié par 2 commentaires

Mon dressing adoré #4 ma sélection de patrons pour l’été

Un petit bilan pour voir où j’en suis de mon dressing :
– J’ai d’abord répondu au questionnaire de de Atelier292 et Littlegreenbee.
– J’ai fait un tableau d’inspiration et j’ai parlé de la façon dont je voulait m’habiller en général.
– Et j’ai montré ma garde-robe actuelle qui encore changé depuis 2 mois.

Maintenant, voyons ce que je vais utiliser comme patrons pour ma garde-robe d’été en fonction de ce qu’il me manque.
J’ai parlé de patrons gratuits, mais je voulais plutôt dire que je ne dépenserais rien pour ça, en utilisant ce que j’ai, en créant des patrons, en utilisant les livres de la bibliothèque ou en utilisant des patrons gratuits.

C’est la fin de l’été donc je sais exactement ce qu’il me faut maintenant. ça sera finit avant l’été prochain.

*En été j’ai besoin de :
4 robes
7 culottes (reste 4 à faire)
2 gilets (reste 1 à faire)
2 pyjamas (les 2 à faire)
OUI, c’est tout!

Mes 4 robes d’été :

– une robe noire faite à partir de la tunique noire de tuniques, robes, etc, j’ai supprimé les manches, allongé le bas. Je l’ai faite dans un tissus de récup (une belle-soeur me l’a donné il me semble, ou peut-être ma grand-mère, on m’a offert le livre il y a de nombreuses années)
– robe du magazine fait-main de mai 2010 dans un tissus offert par ma belle-soeur pour me remercier de mon soutien pendant ses 2.5 ans d’allaitement (j’ai été abonnée par mes parents pendant un an)
– La robe Lucette de « coudre le stretch » de Marie Poisson dans un jersey donné par une copine, qu’elle avait elle-même récupéré (je me suis achetée ce livre il y a deux ans)
– la blouse/robe galipette de Eglantine et Zoé dans un wax (en fait un boubou de côte d’ivoire que je ne mettais plus) (on m’a prêté le patron-pochette l’année dernière)
(mon mari m’a acheté en plus une robe de la marque Coline à 10€ sur le marché, j’ai déjà recousu une bretelle)
A part celle achetée par mon mari, je trouve les 4 robes trop courtes, elles seront donc remplacées au fur et à mesure, mais ça n’est pas du tout ma priorité.

Mes 7 culottes :
J’en ai fait 3 dans les derniers mois, les autres sont vraiment vieilles et trouées, donc reste 4 à faire, toujours sur le même modèle
Free sewing tutorial Women’s Hipster Briefs (patron gratuit)

J’utilise de vieux tee-shirt ou des chutes de jersey, je mets parfois des élastiques classiques, parfois du bais élastique (pour les couches lavables), parfois rien.

2 Gilets
– J’ai un gilet à rangs raccourcis à manches courtes tricoté par ma maman (je ne sais plus où j’ai trouvé le modèle mais il était gratuit)

Me reste à faire :
Ginny’s cardigan (on m’a prêté le livre)

2 Pyjamas
– la robe lucette de « coudre le stretch » de Marie Poisson
– short gym&sport, tee-shirt faded stripes du magazine ottobre 2/2015 (j’achète parfois le magazine, je dois en avoir une vingtaine, deux femmes, un homme+ femme et les autres enfants (mais ça va jusqu’à 170 donc pour moi c’est bon))

Bientôt l’article sur ma garde-robe d’hiver.

Publié par 10 commentaires

Protections hygiéniques réutilisables

On réutilise les protections hygiéniques pour 3 raisons :
– écologique (on élimine les déchets non recyclables)
– économique (c’est un investissement à la base si on ne veut pas les coudre, mais c’est vite rentabilisé par rapport à l’achat chaque mois de jetables)
– santé (je vous laisse chercher les noms des produits toxiques cancérigènes qu’on trouve dans les produits jetables)

Les protections jetables existent depuis le début des années 60.
On a souvent la réflexion de l’hygiène, mais les femmes qui utilisent des produits jetables ne mettent pas leur culotte ou leur pantalon à la poubelle à chaque fuite, elle lavent… c’est ce qu’on fait avec les protections lavables. On a des machines à laver contrairement à nos ancêtres, ça ne prend donc pas plus de temps.

Serviettes hygiéniques lavables

C’est la même chose qu’une serviette jetable en version lavable. On la pose dans la culotte et on l’attache dessous (avec des pressions).
Elle peut avoir une partie imperméable en contact avec la culotte… ou non, et dans ce cas là il suffit de se changer plus souvent (ce qui est plutôt meilleur pour la santé, autant en n’utilisant pas de plastique à base de pétrole qu’en ne macérant pas trop longtemps dans les sécrétions)
On peut faire tremper ou juste rincer et laver à la machine avec le reste du linge. En faisant une machine tous les 2 jours, 12/15 serviettes peuvent suffire.

Coupes menstruelle
Une coupe menstruelle est un objet en forme de cloche qui est utilisé à l’intérieur du vagin pour recueillir le flux. On l’enlève pour la vider, la rincer et la replacer. On peut la faire bouillir dans une casserole d’eau pour stériliser avant et après les rêgles. La coupe peut durer de nombreuses années (les marques parlent de 5 à 10 ans), peut être utilisée tout en nageant ou en dormant. Elles ont une capacité beaucoup plus grande que les tampons et peut être conservé en toute sécurité pendant 8 à 10h.
Pour choisir votre coupe vous pouvez faire le questionnaire d’easycup. Moi j’ai choisi celle qui était dans mon magasin bio.

Tampons réutilisables

Les tampons réutilisables se roulent puis s’insèrent comme les tampons jetables. Comme eux aussi, il se gardent maximum 8/10h. Il faut bien sûr privilégier du coton bio sans colorants.
On les lave en les frottant et les rinçant et ils passent ensuite en machine avec le reste du linge dans un sac à linge.

Tampons en éponge de mer

Il s’agit d’une éponge de mer naturelle qui est utilisée dans le vagin pour absorber l’écoulement, un peu comme un tampon. Ils sont humidifiés pour une utilisation, leur permettant d’être insérés confortablement. Ils sont lavés et réutilisés et peuvent être bouillis ou stérilisés si vous le souhaitez. Les éponges sont des animaux marins en voie de disparition, donc ce n’est pas une alternative vraiment écologique, ni vegan bien sûr.

Pétales interlabiaux

Le pétale interlabial est un croisement entre un tampon et une serviette, porté entre lèvres.
C’est l’alternative la plus fine, la plus légère pour l’incontinence légère ou les fuites de coupes menstruelles, de glaires cervicales ou de flux libre instinctif .
Il est plié en deux, inséré dans le sens de la longueur entre les lèvres, il aide à diriger le flux intense vers le centre de la serviette la nuit ou lors des changements de position la journée.
Comme pour les serviettes et les tampons, on rince ou on trempe et on lave dans un sac à linge à la machine.

Culotte de règle

La serviette hygiénique est incorporée dans la culotte donc elle ne peut pas bouger. Suivant la façon dont on va s’habiller, ça peut vouloir dire qu’il faut garder la culotte toute la journée.

Chaque protection a ses avantages et ses inconvénients, à vous de tester la protection qui vous convient à VOUS et qui sera peut-être différente de celle de votre copine.

Je vend des serviettes hygiéniques et des pétales interlabiaux en tissus de récup sur ma page Facebook. Mais je peux aussi vous aider à les faire vous même en vrai ou en virtuel.

Les patrons et tutos gratuits de tous ces produits arriveront en vidéos et photos.

Publié par Laisser un commentaire

Lecture : cycles et contraception naturelles

J’ai écrit un article sur la symptothermie telle que je la pratique. Ce livre ouvre d’autres perspectives. Il m’a été envoyé par la maison d’édition sans contrepartie. Je vous en parle quand-même, un peu en vrac au fil de ma lecture, donc rien de structuré! (il m’a fallu des mois pour le lire, à coups de 15mn par-ci par-là)

– J’aime bien le terme « contraception non violente » qu’Audrey utilise… parce que oui, la pillule, l’implant ou le stérilet même en cuivre, sont des contraceptions « violentes » et dangereuses. Oh on ne va pas en mourir directement, mais on sait maintenant tous les problèmes que les hormones de synthèse impliquent à moyen ou long terme, quand au stérilet ou à la stérilisation, ce sont des blessures physiques. On se voile la face pour ne pas avoir à réfléchir à ça (désolée d’être crue, moi aussi j’ai pris la pilule pendant 18 mois et je m’en veux beaucoup), on se dit qu’on n’a pas le choix et on ne veut pas chercher plus loin, on croit ce que le médecin non-formé nous dit…. par exemple que les méthodes naturelles sont inefficaces (comme si on ne connaissait pas de bébés conçus sous pilule et stérilet).

– Il y a un truc qui me bloque toujours dans les conseils pour tout ce qui est naturel, la contraception, l’allaitement, l’accouchement… c’est le rôle du conjoint. Il est toujours dit que ça se fait à deux, que le conjoint à un rôle très important. Je pense que ça peut bloquer beaucoup de femmes dont les conjoints ne veulent pas participer…. et je confirme qu’on peut accoucher naturellement (bon, là je ne parle pas de moi, mais d’une de mes copines), allaiter longtemps, avoir une contraception naturelle sans soutien du conjoint. Le mien s’en fou totalement et ne veut clairement pas en entendre parler. Et ça ne m’empêche pas de pratiquer la symptothermie.

– J’aime beaucoup tout ce qui est raconté sur les saisons du cycle même si ça me paraît loin de ma vie à moi. Je ne ressent pas du tout ce besoin de me refermer sur moi même pendant mes règles ou cette créativité accrue à d’autres moments. Je n’ai pas l’impression d’être différente suivant les jours du cycle (mais mon mari dit que mon ecg est plat…. ça veut tout dire!!!!). Par contre j’ai des copines qui le remarquent vraiment.

– j’aime aussi ce qu’elle dit sur la lune, moi j’ai 5 jours d’avance sur la pleine lune en ce moment, ça me parait compliqué de me décaler (le but c’est de dormir volets ouverts au moment de la pleine lune, pas en ville bien sûr) mais ça me tente bien. Je n’ai jamais accouché en période de pleine lune et je ne vois pas de différence dans mon sommeil (oui toujours ecg plat!)

– je trouve l’indice de pearl super intéressant pour les sceptiques…. le nombre de fois où j’ai pu entendre que les méthodes naturelles n’étaient pas efficaces! Et bien scientifiquement c’est faux! La symptothermie avec deux indices est aussi efficace que la pilule

– Audrey explique toutes les difficultés qu’il peut y avoir en faisant un cyclogramme : le décalage de température trop faible ou trop lent, les glaires non interpretables, les saignements intermenstruels… et donne des solutions.

-les explications sur les douleurs de règles me plaisent (je n’ai plus du tout de douleurs de règles, même au moment où j’écris où mes règles sont hémorragique, alors que j’ai dit il y a deux semaines à mes copines que mes règles étaient de plus en plus faibles!!). Parce que oui, c’est biologiquement normal de sentir les contractions, mais c’est aussi une douleur psychique liée à tout ce qu’on bloque.

– Audrey propose un cyclogramme et un mandala à remplir et plein d’exemples déjà remplis et analysés.

Moi j’avais déjà lu « la symptothermie complète  » et j’ai pratiqué avant bb3, avant bb4 et depuis mon retour de couche (pas en tant que contraception) et j’ai baigné dans les courbes et prises de température depuis mon enfance, du coup le sujet de ce livre n’est pas nouveau pour moi. Ce qui est bien c’est qu’il est hyper complet, il ne parle pas juste de contraception, mais du fonctionnement du corps, du couple, de l’état psychologique, etc…

Je pense que tout le monde devrait le lire, je compte bien le lire avec mes enfants quelque soit leur sexe ou leur faire lire. Le personnel médical devrait lire ça aussi d’ailleurs!

Publié par Un commentaire

La symptothermie et moi

La symptothermie est une méthode naturelle de gestion de la fertilité : c’est à dire contraception ET conception ET connaissance du corps.
Elle est aussi efficace pour la contraception que la pilule : même indice de pearl en pratiquant l’abstinence aux moment fertiles.

Je ne la pratique ni en contraception ni en conception, je la pratique pour connaitre mon corps, je ne veux pas particulièrement avoir un nouveau bébé, mais si un bébé arrive je l’accepterai joyeusement. Je ne fais donc pas particulièrement attention à mon cycle au moment des rapports sexuels. Mon mari préfère pratiquer le retrait aux moments fertiles parce qu’il n’est pas très chaud. Le retrait n’étant absolument pas une méthode de contraception, il le sait, il l’assume!

Cette méthode se base principalement sur deux choses : notre température au réveil, à heure fixe, sans s’être levée, après au moins 5h de sommeil et notre glaire cervicale (appelée élixir dans la méthode) qui se modifie au fil du cycle. On peut aussi y ajouter la position du col pour les expertes.

Pour découvrir la méthode, la lecture d’un livre me semble indispensable « la symptothermie complète » est en version pdf gratuitement sur le site symptos.ch.
Il existe aussi en version papier payante, il y a de nombreux autres livres sur le sujet.
Pour celles qui ont besoin, il existe des conseillères formées avec qui on peut prendre un suivi (payant).
Le cyclogramme peut se faire en version papier ou sur une application. Il existe plusieurs applications.

J’ai toujours connu la méthode des températures, elle est dans « savoir revivre » que je lisais dans la bibliothèque de mes parents depuis toute petite (j’ai toujours vu ma mère prendre sa température 😉 ). ça m’a donc semblé logique quand je me suis intéressée à la symptothermie.
En 2015, après le retour de couche de ma troisième qui avait 2 ans, j’ai lu le manuel et fait deux cycles pour avoir mon quatrième.
En 2018, après le retour de couches de mon quatrième qui avait 2 ans (oui, je suis régulière dans mes retours de couches :p ), j’ai relu le manuel et je suis à mon quatrième cycle.
Je ne ressens pas le besoin d’avoir un suivi, j’ai compris le manuel, je connais mon corps, j’étais sur plusieurs groupes Facebook : symptothermie moderne libre et son groupe associé élixirs libres. J’ai lu plein de posts, les questions et les réponses. Le groupe élixir est bien pratique quand on ne sait pas à quoi ressemble la glaire suivant les périodes. J’ai regardé toutes les vidéos et ça m’a suffit. Je n’ai pas de questions… (donc je ne suis plus sur ces groupes)
Hier par exemple ma température était basse et j’ai vu le nuage jaune, j’étais persuadée que ma température serait haute ce matin, et effectivement!
En ce moment j’utilise sympto sur mon vieux téléphone-Windows. Mais je vais probablement passer au papier (puisque ce matin juste en voyant ma température j’ai su où serait ma ligne de base, là mon cycle est exactement le même que le précédent).
wp_ss_20190118_0001.png
Pour entrer dans la méthode plus facilement, Eugénie propose un webinaire gratuit par mois et un open-class gratuit (en plus des formations payantes par internet et en présentiel). Je suppose qu’il y a plein d’autres conseillères qui proposent des choses, moi je ne connais qu’elle mais je n’ai pas cherché du tout (non sponsorisé :p je ne lui ai même pas dit que je parlais d’elle, si vous  en connaissez d’autres, je peux les ajouter à mon article).
J’ai installé kindara sur mon nouveau téléphone androïd, mais c’est en anglais et beaucoup trop complet pour moi.
Screenshot_20190118-163857.jpg
Attention, plein d’applications dans ce style ne sont pas adaptées à la symptothermie, elles font des prédictions au lieu de tenir compte des signes, donc ne sont pas fiables du tout.

Je pense qu’avec tous les liens de cet article, vous trouverez les réponses à toutes vos questions!